26 mars 2021

Formation virtuelle sur les bonnes pratiques législatives au Burundi

Actualités

Les 22 et 23 mars 2021, 24 fonctionnaires de plusieurs agences gouvernementales, dont le Ministère des Affaires étrangères de la Coopération et du Développement, le Ministère de la Justice, le Ministère des Finances du Budget et de la Planification économique, le Ministère de l’Intérieur du Développement Communautaire et de la Sécurité publique, le Ministère du commerce des transports de l’industrie et du tourisme, Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida, Ministère de l’Industrie, Bureau national de normalisation et conseillers juridiques de plusieurs de ces ministères, INTERPOL et le Barreau d’Afrique de l’Est, dont six femmes, ont participé à la formation.

Cette formation sur les meilleures pratiques législatives concernant les médicaments et produits de santé de qualité inférieure et falsifiés (SFMHP) et sur une analyse de la législation nationale sur les médicaments falsifiés en utilisant la Convention MEDICRIME du Conseil de l’Europe comme référence des meilleures pratiques.

La formation a été ouverte par le Dr Leonidas Misago, point focal du projet MEDISAFE au Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida, en présence de Mme Rebecca Sibomana, point focal national NRBC, Ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et du Développement.

Le Dr Misago, au nom du gouvernement du Burundi et de l’Initiative NRBC, a souhaité la bienvenue aux participants et a exprimé sa satisfaction concernant le projet MEDISAFE et la mise en œuvre d’activités au Burundi. Il a indiqué que le trafic et l’utilisation de médicaments falsifiés constituaient une réelle menace pour la santé de la population, en particulier dans le contexte du COVID-19.

Cette formation de deux jours est organisée à travers un projet régional de l’Union européenne, MEDISAFE, mis en œuvre par Expertise France et travaillant avec des partenaires clés au Burundi pour lutter contre les médicaments de qualité inférieure et falsifiés. Un plan d’action national pour le secteur juridique et d’application de la loi sur la GDFMD a été rédigé par les participants pour résoudre ce problème.

Un rapport récent d’INTERPOL a souligné comment les groupes criminels organisés ont exploité l’énorme demande de vaccins et de produits de santé COVID-19. Le rôle de MEDISAFE est crucial pour soutenir les gouvernements des 11 pays partenaires d’Afrique de l’Est et du Centre dans leurs efforts pour faire face à cette menace croissante et protéger leurs populations.

Plusieurs points clés ont été identifiés par les participants et seront insérés dans le plan d’action national juridique pour le Burundi :

– Sensibiliser les responsables gouvernementaux et le public à la question des médicaments de qualité inférieure et falsifiés incluant les organisations de la société civile

– Sensibiliser le gouvernement à la Convention MEDICRIME en vue de sa signature et renforcer le cadre juridique de la SFMHP

– Renforcer la nouvelle autorité nationale de réglementation des médicaments

– Renforcer la coopération régionale sur la SFMHP.

Ce webinaire a été clôturé par le Dr Leonidas Misago qui a remercié MEDISAFE d’avoir organisé ce séminaire technique.

Ce site utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de réaliser des statistiques d’audience.
J'accepte Je refuse En savoir plus